• Nouvelle étape de « Moving Beyond Borders » à Arcueil (94)

    Une exposition itinérante de Migreurop et mise en scène par la compagnie Étrange Miroir. A Anis Gras - le Lieu de l’Autre, Arcueil, du 21 janvier au 6 février 2016

    Interactive, multimédia et accessible à tou.te.s, l’exposition vise à lutter contre les préjugés et les idées reçues sur les migrant.e.s ainsi qu’à dénoncer les politiques de mise à l’écart des exilé.e.s jugé.e.s indésirables sur le territoire européen.
    Cette exposition, mise en scène par la compagnie Etrange Miroir, s’intéresse aux parcours des migrant.e.s et pointe les dispositifs responsables de leur périlleuse traversée, dans le Sahara, en mer Méditerranée et/ou aux frontières orientales de l’Union (...) La suite

  • Déclaration de Calais

    Refusons l’encampement des exilé·e·s et la clôture des frontières

    À l’occasion de ses dix ans, le réseau Migreurop était réuni le week-end dernier à Calais pour apporter son soutien aux exilé·e·s retenus dans les nasses du Calaisis, ainsi qu’aux militant·e·s et organisations engagées dans les luttes contre les politiques de chasse aux migrant·e·s pratiquées par les États français, britannique et par l’Union européenne (UE).
    Ces trois jours de débats avec des militant·e·s venus de toute l’Europe, de Turquie et d’Afrique ont débouché sur un constat partagé. La fortification (...) La suite

  • Les 10 cadeaux empoisonnés de Frontex pour son 10ème anniversaire

    Communiqué de presse Frontexit - 10 décembre 2015

    En cette journée internationale des droits de l’Homme, les organisations membres de la campagne Frontexit alertent les décideurs et l’opinion publique sur les dangers du renforcement de l’agence européenne Frontex. Nos organisations attirent l’attention sur 10 mesures à venir, véritables cadeaux empoisonnés, qui concourent à la violation des droits fondamentaux des personnes en migration, au détriment de leur accueil et de leur protection.
    À l’heure où la peur domine les choix européens et où les (...) La suite

  • Appel à soutien

    Novembre 2015
    Madame, Monsieur, cher·e partenaire, cher·e ami·e,
    L’actualité, souvent dramatique, mais aussi les mouvements de solidarité ont mis en lumière, depuis plusieurs mois, l’échec des politiques migratoires européennes que Migreurop dénonce de longue date. Déployer cette activité, toujours plus soutenue, a un coût : afin de préserver et consolider notre indépendance financière nous nous tournons donc vers vous.
    Notre réseau de militant·e·s et chercheur·e·s s’est construit à partir de 2002, (...) La suite

  • « Hotspots » et « processing centres » : Les nouveaux habits de la politique européenne d’encampement, d’externalisation et de tri des exilé•e•s

    Depuis 2002, le réseau Migreurop analyse et dénonce la politique d’ « encampement », un élément clé de l’arsenal que l’Union européenne (UE) emploie pour mener sa guerre contre les migrant•e•s. Le Calaisis est au nombre des espaces de souveraineté policière où les États et les agences européennes s’affranchissent des législations nationales et des conventions internationales afin de bloquer des exilé•e•s en quête de protection et/ou d’une vie meilleure. Ces exilé•e•s, qui ont souvent mis leur vie en péril pour (...) La suite

  • Non, le mouvement No Border n’est pas responsable de l’augmentation de la tension dans le Calaisis

    « Ils incitent les migrants à des actes de violence ». « Ils profitent du désarroi et de la détresse des migrants, et les poussent (...) à l’émeute ». « Ils utilisent les migrants pour leur propre combat ».
    Le ministère de l’intérieur, la maire de Calais, la préfète du Pas-de-Calais ont uni leurs voix pour accuser les militants No Border d’être à l’origine de l’augmentation de la tension à Calais et à l’intérieur du ghetto où ont été assignés plusieurs milliers d’exilé.e.s.
    Les No Border les inciteraient à (...) La suite

  • L’UE contraint ses voisins à supporter sa politique d’inhospitalité

    Alors que se tient le sommet euro-africain de La Valette, le réseau Migreurop tient à rappeler que sous couvert de coopération et de développement, l’UE se livre à de véritables marchandages avec des Etats africains afin de sous-traiter le contrôle de ses frontières, de restreindre les possibilités de circuler librement et de favoriser l’enfermement et les expulsions des exilé.e.s illégalisé.e.s.
    Quelques semaines à peine après l’émotion planétaire soulevée par la photo du cadavre du petit Aylan Kurdi (...) La suite

  • Migreurop Espagne exige du Gouvernement espagnol qu’il dresse un bilan des premiers mois après l’entrée en vigueur de la réglementation prétendant « légaliser » les « refoulements à chaud » à Ceuta et Melilla

    Dans le contexte de la dénommée « crise des réfugiés » qui questionne le système européen des frontières et d’asile, nous comptons cinq mois depuis que le gouvernement a tenté de donner une couverture légale aux « refoulements à chaud » au niveau des barrières frontalières de Ceuta et Melilla, par le biais d’un amendement apporté à la loi des étrangers effectué dans le cadre de la nouvelle loi sur la sécurité citoyenne (connue sous le nom de loi Mordaza soit « loi-bâillon »).
    Les organisations qui composent (...) La suite

  • Des ponts, pas des armes !

    Appel en faveur d’une politique d’accueil des migrant-e-s, des demandeur-se-s d’asile et des réfugié-e-s

    En vingt ans, on estime que plus de 20 000 personnes sont mortes aux frontières européennes, dont presque 2 000 en Méditerranée depuis le début de l’année 2015. C’est de ces drames à répétition que les États membres de l’Union Européenne (UE) traiteront lors du Conseil européen des 25 et 26 juin.
    Nos organisations n’acceptent pas que les institutions de l’Union européenne n’accordent pas la priorité au sauvetage des vies. Au contraire, l’UE et ses Etats membres se sont accordés sans difficulté pour (...) La suite

  • Plus de 100 organisations de la société civile unies pour dire stop aux politiques migratoires inhumaines

    Mobilisation citoyenne

    Suite à la macabre succession de naufrages en Méditerranée, les chefs d’Etat de l’Union Européenne peinent à faire le choix de sauver des vies. Alors même qu’ils ont les moyens d’accueillir avec humanité et dignité les personnes migrantes et réfugiées ils persistent à renforcer l’arsenal sécuritaire. Nous savons que leur entêtement est en grande partie responsable des tragédies en Méditerranée et que l’effet dissuasif des politiques sécuritaires est un leurre.
    En 20 ans plus de 20.000 personnes migrantes sont (...) La suite

Cartes

Rapports

portfolios

Close the camps

Une cartographie dynamique et participative de l’enfermement des étrangers en Europe et au delà

>> voir le site

Frontexit

L’Europe est en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente

>> voir le site